Dre Sophie Piérard

Cardiopathie congénitale  

Dr S.P. : « Il s’agit des malformations cardiaques présentes dès la naissance. Elles vont des cardiopathies simples, ayant peu de conséquences sur la vie des patients, aux cardiopathies complexes, mettant parfois la vie du nouveau-né en danger si une intervention urgente n’a pas lieu. »

Apparition de la malformation

Dr A.P. : « Lors de la formation du cœur, entre 8 et 12 semaines de grossesse. Des facteurs tels que l’alcoolisme, le tabagisme, un diabète mal soigné et la prise de médicaments peuvent augmenter les risques. La prise d’acide folique et de vitamine B12 lors de la conception diminuerait le risque de cardiopathie chez le fœtus. »

Fréquence

Dr A.P. : « Entre 2 à 4 % des bébés naissent avec une malformation cardiaque, toutes malformations confondues. »


Dre Agnès Pasquet

Suivi des adultes

Dr A.P. : « Pour les patients adultes chez qui l’on découvre une cardiopathie congénitale, il faut d’abord vérifier s’il est possible – lorsque la pathologie n’est pas à un stade trop avancé — de corriger ces cardiopathies. Par exemple, il est possible de fermer les communications interauriculaires par cathétérisme avec une sorte de parapluie. »

Dr S.P. : « Les patients dont la cardiopathie a été découverte durant l’enfance doivent être suivis régulièrement : ils peuvent parfois développer des complications liées soit aux interventions subies pendant l’enfance soit à des maladies propres de l’adulte, telles que les maladies coronariennes.