Quel était votre parcours golfique avant l’accident ?

Cédric Lescut : « J’ai commencé mon parcours golfique au club de l’Empereur en Brabant wallon où j’ai ensuite donné des cours, puis dans d’autres clubs en Belgique et à l’étranger. »

 

Quelles ont été les conséquences de votre accident de moto ?

C. L. : « Le 31 août 2011, le cadre de ma moto s’est cassé alors que je roulais tranquillement et j’ai perdu le contrôle. Après une semaine de coma, j’ai passé un mois en soins intensifs, six mois en centre orthopédique et trois mois en centre de revalidation. »

 

Qu’avez-vous ressenti ?

C. L. : « À mon réveil, mes proches étaient là et je savais que j’avais perdu une partie de ma jambe droite. Je suis passé par tous les états d’âme : colère, idées noires, rejet des autres… Mais j’ai décidé de me battre. »

 

Comment la prothèse vous a-t-elle aidé à reprendre le sport ?

C. L. : « Cela a pris deux ans avant que je reçoive une prothèse Vigo de dernière technologie. Elle m’a apporté une facilité de déplacement. Je me rends presque toutes les semaines chez le prothésiste pour modifier et développer ma prothèse afin de trouver la meilleure combinaison possible, adaptée à mon corps. Les nouvelles technologies sont fabuleuses au niveau du matériel (carbone, polyuréthane, silicone, fibre de verre…) et au niveau de la fabrication et de la conception (laser, découpe robot, imagerie…). »

 

Quel sont les objectifs de l’association Androïd 34 que vous avez créée ?

C. L. : « J’ai mis en place l’association Androïd 34 pour aider les meilleurs handigolfeurs dans le financement de leur saison. Notre école de golf, créée cette année, s’occupe d’offrir des cours et du matériel aux handicapés, débutants ou non. Les cours donnés aux débutants ne sont pas nécessairement orientés pour les faire participer à des compétitions internationales. Cela doit rester un plaisir. J’ai créé la cellule Elite Handigolf pour permettre aux meilleurs handigolfeurs de Belgique de développer au maximum leurs atouts. Nous souhaitons aider le plus de gens possibles grâce au golf : soutenir les jeunes, offrir des prothèses de sport aux enfants… Les projets ne manquent pas ! »

 

Quels conseils donneriez-vous aux personnes dans votre situation ?

C. L. : « De se battre et de toujours rester positif. La clé de voûte, c’est l’amour. Après de longues périodes d’observation et de réflexion, on trouve des choix qui permettent de s’en sortir. Aujourd’hui, je me sens vachement plus fort. »

 

 

Qui est Cédric Lescut ?

 

Originaire de Nivelles, Cédric Lescut découvre le golf à 12 ans, en éclatant des pommes avec les clubs du père d’un copain. Lors d’un séjour linguistique en Angleterre, il délaisse les cours pour jouer au golf. Cependant, poussé par ses parents, il décroche son diplôme à l’Ephec (hautes études commerciales) et travaille pendant plusieurs mois dans une société de consultance. « C’était pas mon truc. » Il donne sa démission pour se former au club de l’Empereur. Après son accident et une période de rééducation, il reprend les clubs et s’entraîne intensivement pour pouvoir participer aux tournois de l’EGDA et de la PGA Benelux, le circuit de golf professionnel masculin. « L’amour de ma femme, de mes proches ainsi que le golf m’ont sauvé la vie. »