Thierry Vermeeren,
Chief community officer à Patient Numérique

 

 

En quoi l’évolution des nouvelles technologies constitue-t-elle une plus-value pour les hôpitaux ?

Thierry Vermeeren : « Dans le passé, le schéma le plus classique était de contracter une maladie aiguë qui entraînait une hospitalisation et un traitement. Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus confrontés à des pathologies chroniques avec lesquelles le patient peut vivre toute sa vie. De plus, le vieillissement de la population a engendré la création de voies alternatives à l’hospitalisation classique, comme les soins à domicile. Afin de réconcilier ces paramètres, la technologie peut jouer un rôle primordial. Elle aide les soins à distance via les objets connectés, permet d’anticiper les maladies grâce au Big Data. Tout cela entraîne un important changement de paradigme sur la manière de soigner. »

 

Concrètement, quelles sont ces nouvelles technologies ?

T. V. : « Objets connectés, plate-formes en ligne, applications pour smartphone… L’IT médical évolue sous différents angles. D’innombrables paramètres peuvent être étudiés sur base des informations collectées auprès du patient. »

 

La tendance est à l’empowerment du patient,
qui peut prendre en main sa propre santé.
Avant, le médecin était au centre du processus.

 

En quoi cette tendance change-t-elle le rôle du patient et sa relation avec le médecin ?

T. V. : « La tendance est à l’empowerment du patient, qui peut prendre en main sa propre santé. Avant, le médecin était au centre du processus. Autour de lui s’articulaient le patient, l’hôpital, les pharmaciens, etc. Aujourd’hui, c’est le patient qui devient acteur, décideur. »

 

Quel est votre principal souhait pour l’avenir de ce domaine ?

T. V. : « Mon principal souhait est que les professionnels de la santé parviennent davantage à considérer la technologie comme un allié, une valeur ajoutée, plutôt que comme un ennemi potentiel. L’objectif est d’enrichir la relation du patient avec son médecin, non pas de la remplacer. »