Marnix Denys,
Directeur de BeMedTech

 

Quand on parle de « medical devices », on fait vite le lien vers les implants, alors que le secteur compte encore beaucoup plus de domaines. Le prix Galien, qui est accordé chaque année à la technologie médicale la plus innovante, a été organisé pour la première fois pour les « medical devices » en 2016, et 3 dossiers avaient été introduits. En 2017, on en compte 9 : la preuve que l’innovation constitue une priorité pour les sociétés. De plus, ces 9 dossiers représentent tous les domaines de dispositifs médicaux : c’est-à-dire les implants, les biens d’investissement, les consommables et le diagnostic in vitro. La gamme de produits est très large.

 

Un cadre légal distinct

Les « devices » se portent sur le cycle de vie complet, deviennent toujours plus importants et se rapprochent du patient. Avant la naissance déjà, on réalise une échographie, et selon que la vie avance, le besoin de diagnostic, de pansements, stents, hanches, aides à la mobilité, applications et dialyse au domicile se fait de plus en plus ressentir. Ces domaines présentent des grandes différences et, de ce fait, un cadre légal distinct et un remboursement spécifique sont nécessaires.

 

Un nouveau pacte avec le cabinet de la ministre De Block
a été mis en place concernant les technologies médicales.

 

Un programme ambitieux

Un nouveau pacte avec le cabinet de la ministre De Block a été mis en place concernant les technologies médicales. L’objectif est de développer les 32 points qui y sont repris dans le courant des prochaines années. Il s’agit d’un programme ambitieux, sans date butoir précise. Le défi est de réaliser un maximum de projets avant la fin de cette législature. Ce qui sera possible, personne ne peut le prédire, mais il s’agit en tout cas d’éléments très utiles pour l’intérêt général. Outre les points relatifs à la sécurité, on prête également de l’attention à l’innovation.

 

Mobile-health

Le projet « mobile-health », dans lequel 24 nouvelles technologies digitales sont évaluées, en est un bon exemple. Comme la Belgique peut encore progresser au niveau de la vitesse à laquelle les innovations deviennent accessibles pour les médecins et les patients, le pacte reprend quelques propositions dans ce sens. Une des idées avancées est par exemple d’élargir le cadre dans lequel la plus-value au niveau de santé et d’efficience des nouvelles technologies est examinée. Les innovations peuvent apporter une solution au vieillissement de la population, et le secteur des dispositifs médicaux attend avec impatience l’implémentation de cette nouvelle approche.