Ces infections sont traitées par des antibiotiques mais, malheureusement, depuis plusieurs années, des bactéries résistantes ont fait leur apparition. Cette résistance bactérienne aux antibiotiques est tellement grave que le CDC (Center for Disease Control and Prevention) aux États-Unis a classé les entérobactéries productrices de carbapénémases (CPE) parmi les trois micro-organismes présentant le plus haut risque pour la santé. Tous les pays européens sont touchés par ce problème, avec une distribution géographique variant d’un pays à l’autre. Alors que l’Italie et la Grèce sont confrontées à des situations endémiques, la Belgique quant à elle présente des épidémies à caractère régional.

 

Les CPEs sont une menace pour la santé parce qu’elles laissent peu d’options thérapeutiques ; il est donc impératif de les détecter rapidement afin que les médecins puissent traiter efficacement les patients. Les techniques moléculaires et la spectrométrie de masse ne répondent que partiellement à ce besoin, et ne sont utilisées que dans un nombre limité de laboratoires spécialisés. L’identification précise des carbapénémases devient une nécessité qui est clairement exprimée par les spécialistes de la santé. Les laboratoires de diagnostic réclament en effet des tests qui peuvent être réalisés en une quinzaine de minutes, bon marchés et faciles d’utilisation pour du screening de routine.