Prof. Axelle Pintiaux,
Gynécologue

 

Quels sont les principaux effets de la ménopause sur les femmes ?

Axelle Pintiaux : « Les symptômes les plus courants de la ménopause sont les sueurs nocturnes, les bouffées de chaleur diurnes et la sensation de fatigue. Selon leur vécu, certaines femmes vont jusqu’à développer une dépression. La sécheresse vaginale, l’hypertension artérielle et la décalcification osseuse sont d’autres symptômes, moins courants, mais auxquels il faut rester vigilant. »

 

En quoi consiste le traitement hormonal ?

A.P. : « Il vise à remplacer les hormones que les femmes ne sécrètent plus à cause de la ménopause et de restaurer ainsi leur équilibre hormonal. La prise d’œstrogène et de progestérone permet de lutter contre les symptômes désagréables de cette période. »

 

La prise d’œstrogène et de progestérone permet de lutter
contre les symptômes désagréables de la ménopause.

 

Pourquoi ce type de traitement a-t-il été contesté dernièrement ?

A.P. : « Aux alentours des années 2000, une étude américaine a dénoncé l’indication des THS (traitement hormonal substitutif) en leur attribuant un risque accru de cancers du sein et de maladies cardio-vasculaires. Mais ces chiffres étaient tronqués : l’étude portait sur des femmes déjà à risque, qui ne représentaient pas les mêmes profils qu’en Europe. De plus, elle ne concernait qu’un seul type de traitement hormonal substitutif et non pas les hormones naturelles utilisées dans nos pays. Des études européennes ont depuis démontré que l’apport d’œstrogènes seuls n’augmentait pas le risque de cancer du sein. »

 

Les THS peuvent-ils donc être pris sans risque ?

A.P. : « Il est en tout cas important de dédramatiser les THS qui ont été largement décriés dernièrement. Il a été démontré que, sur une durée de 6 ans, ce type de traitement pouvait être pris en toute sécurité. À condition bien sûr qu’il soit adapté à la patiente ! Une approche individualisée est indispensable : il faut choisir les hormones les plus appropriées, leur dose et la durée de la prise. Les facteurs à risque pour le cancer du sein doivent également être analysés, tels que la densité mammaire de la patiente, ses antécédents familiaux, etc. En cas de risque trop important, les THS doivent être évités. »

 

Cet article a été rédigé en collaboration avec Gedeon Richter.