Pourtant, six mois après son accident, il reprenait déjà la compétition, dans des conditions certes différentes, mais avec la même volonté qui lui permet de déplacer des montagnes. Et l’athlète a eu entièrement raison : en effet, il atteint la plus haute marche du podium en 2006 !

Mais depuis, Marc poursuit un autre défi encore plus important : pouvoir remarcher un jour.

Dans cette optique, il nous livre sa vision de l’évolution de la recherche en la matière.

Un excellent suivi
La Belgique excelle en matière de suivi après un accident grave. La prise en charge et la qualité des soins permettent une rééducation rapide afin de redevenir autonome.

Encourager l’aide à la recherche
Paradoxalement, les fonds alloués à la recherche et l’innovation sont encore trop peu importants. Un plus gros apport des différents niveaux de pouvoir permettrait à la recherche de progresser beaucoup plus vite.

L’espoir des cellules souches
La recherche autour des cellules souches suscite de grands espoirs. Des milliers de laborantins travaillent sur des projets qui pourraient réparer la moelle épinière en remplaçant les cellules nerveuses détruites par une blessure.

Les robots à la rescousse
La robotique d’assistance promet de grandes évolutions pour toute personne atteinte de problèmes de motricité. Les États-Unis et le Japon ont déjà réalisé de grandes avancées et des dizaines de centres de revalidation utilisent ces technologies de pointe.

La Belgique dans le train du progrès
Chez nous, un important consortium de recherche multidisciplinaire a lancé le projet MIRAD, qui doit conduire au développement des composants et des éléments de base nécessaires à la fabrication de robots capables d’assister les personnes dans leurs tâches et déplacements quotidiens.