Dr Gigi Veereman
Queen Paola Children’s Hospital

• « Leur avantage est de pouvoir restaurer la flore intestinale, ou de profiter de certaines caractéristiques de bactéries qui peuvent synthétiser des vitamines ou digérer le lactose. Le but de la prise de probiotiques est d’avoir un effet préventif. Ils possèdent leurs caractéristiques bien précises : une bactérie n’est pas égale à une autre, et leur effet est donc différent. »

 

• « L’espoir est qu’ils puissent être également utilisés pour des pathologies assez lourdes, mais des études cliniques doivent encore le démontrer. Certaines souches peuvent, en tout cas, guérir des formes de maladies intestinales après des chirurgies sévères, en restaurant une flore qui a disparu. »

 

• « En général, ces produits comportent très peu de risques, sauf pour ceux dont le système immunitaire est déficient puisque ces bactéries sont des organismes vivants. Il faut donc bien distinguer, d’une part, probiotiques avec effet clinique démontré et, d’autre part, probiotiques tout court, ainsi qu’éviter une surconsommation. »

 

• « La volonté est d’instaurer des labels de qualité afin de garantir que ces produits correspondent aux normes existantes. Compte tenu du fait qu’il s’agit d’un organisme vivant, une réfrigération est évidemment nécessaire pour maintenir le nombre d’organismes dans le produit utilisé (produit lyophilisé, en gélules...). »

 

• « Les probiotiques restent des suppléments nutritionnels, et ne sont donc pas soumis aux mêmes législations rigoureuses qu’un médicament. Mais, si la recherche apporte la preuve que ces produits peuvent être utilisés comme des médicaments, la législation évoluera dans le même sens. »